As Salam Aleykoum Wa RahmatouLlah,

Comment fonctionne le système monétaire international aujourd’hui ? Beaucoup se pose la question mais avant d’y répondre, il serait judicieux de savoir ce qu’est un système monétaire international et pourquoi en avoir un.

Le monde est composé d’un peu plus de 7 milliards de personnes. Ce qui sous-entend qu’il pourrait y avoir au minimum 7 milliards d’échanges, de transactions par jour. Pour cela, les devises sont utilisées actuellement pour faciliter les échanges.

Mais il faut une certaine organisation, une sécurité et des garanties pour permettre ces transactions à l’international, d’autant plus que chaque devise n’a pas forcément le même pouvoir d’achat que son voisin, d’où les taux de changes et le marché de conversion des devises.

C’est ainsi qu’est née l’idée d’une organisation. Pour donner une définition on peut dire qu’un système monétaire international représente l’ensemble des mécanismes et des institutions qui visent à organiser et réguler les échanges monétaires internationaux autour d’un régime de change.

Caractéristique du système monétaire international

Le système monétaire international repose sur un certain nombre de caractéristiques et peut prendre plusieurs formes qui sont les conditions de sa stabilité. Il est donc constitué de trois éléments :

1 – Un système de change fixe (pas de variation de la devise) ou flottant (variation d’une devise selon le cours du jour) qui permet de déterminer le taux de change des devises les unes par rapport aux autres.

2 – Un étalon de référence par rapport auquel chaque devise nationale est définie selon un taux de change.

3 – Des liquidités internationales qui circulent entre les pays en fonction des besoins de financement des balances des paiements. Ce mécanisme de crédit entre nation peut être éventuellement supervisé par un organisme international (le FMI par exemple).

Bon, ça c’est sur le papier, mais concrètement il faut savoir que ce système a connu de profonds changements et a fini par devenir corrompu.

En fait le système monétaire international s’est effondré à trois reprises au cours du 20ème siècle : en 1914, 1939, et 1971. Il s’en est dangereusement approché en 1998 et en 2008. Ce système est aujourd’hui basé sur le Dollar.

D’ailleurs si vous remarquez, le système monétaire s’est effondré en moyenne tous les 30-40 ans. Notre situation actuelle depuis la crise de 2008 n’est qu’un sursis avant la réécriture d’un nouveau système monétaire.

Petit bref historique

Si on fait un petit retour historique, de 1870 à 1971, le système monétaire s’est servi de variantes de l’étalon-or, qui était la garantie de référence des États dans le monde et accepté de tous, avec certaines interruptions pendant les guerres. Il y a eu le standard-or jusqu’en 1914, l’étalon-or jusqu’en 1939, puis l’étalon-dollar-or jusqu’en 1971.

Depuis 1971, le président Nixon a mis fin à la convertibilité du dollar en or. Le système monétaire n’est basé que sur la confiance qu’on lui accorde. C’est un système de devise fiduciaire (de fiducia qui veut dire confiance) dans lequel les devises sont créées à partir du néant.

Les banques centrales créent ce qu’on appelle la devise de base. Les banques commerciales créent à leur tour, avec les crédits qu’elles accordent la totalité du reste des devises en circulation (avec un effet de levier aux alentours de 10 mais vous verrez dans un autre article que cela va beaucoup plus loin).

Les devises créées par les banques centrales représentent environ 10% de la totalité des devises en circulation. Le reste, ce sont les banques commerciales qui les créent, et les prêtent avec intérêts. La totalité des devises en circulation est donc inférieure à la somme totale qui est due aux banques (capital + intérêts).

On peut donc comparer notre système monétaire à un immense jeu de chaises musicales qui oblige les banques à accorder sans cesse des crédits pour permettre aux différents agents économiques, c’est-à-dire nous (États, entreprises, collectivités, particuliers) de rembourser les intérêts.

Du coup, nous nous retrouvons tous en concurrence pour obtenir suffisamment de devise pour rembourser nos crédits.

« Les banques prêtent en créant du crédit. Elles créent les moyens de paiement à partir de rien » Ralph M. Hawtrey » (Ancien secrétaire du Trésor britannique)

Autrement dit, c’est un système qui est basé sur une croissance exponentielle de la devise, et qui oblige à avoir toujours plus de croissance dans un monde réel qui lui a des ressources limitées.

Quand la musique s’arrête (baisse du nombre de crédits accordés) les faillites d’entreprises puis de banques sont automatiques puisqu’il n’y a pas assez de devises dans le système pour permettre le remboursement de la totalité des dettes.

Où en est-on aujourd’hui ?

Aujourd’hui, nous n’avons ni étalon, ni rien pour adosser nos devises au sein du système monétaire international. Ce n’est pas surprenant que depuis 2007 nous vivons dans la confusion, la volatilité et avec des performances laissant à désirer, tant sur les marchés que pour l’économie.

Lorsque le prochain effondrement se produira (parce qu’il se produira malheureusement), il y aura d’autres réunions comme celles qui se sont tenues à Gênes en 1922, et à Bretton Woods en 1944. Vous n’avez qu’une question à vous poser : « Quelles seront les nouvelles règles du jeu monétaire ? » En se basant sur ces réponses, vous saurez comment organiser votre épargne actuel et le protéger avant que les turbulences ne surgissent.

La convertibilité des devises en actif tangible (l’or) était la seule chose qui empêchait la dévaluation des devises par les banques et gouvernements car l’or ne peut tout simplement pas être imprimé.

Cela imposait de fait une discipline qui n’a jamais plu aux gouvernements et aux banquiers. L’or empêche toujours plus de dettes des Etats. Lorsque la crise hyper-inflationniste se manifestera, il n’y aura pas assez d’or et d’argent physique pour tout le monde.

Que pensez-vous de ce système ? Pensez-vous qu’il s’effondrera ? Dites-moi tout en commentaire.

 

La reproduction, intégrale ou partielle, est autorisée dès lors qu’elle est accompagnée d’un lien vers la source originale.